Pizzeria automatisée et disparition d’un emploi à salaire minimum

La petite pizzeria californienne Zume Pizza, qui ne possède d’ailleurs qu’une seule succursale, utilise deux robots : l’un pour étendre la sauce sur la pâte, l’autre pour placer les pizzas dans le four et les en sortir une fois la cuisson terminée. Comme le souligne la propriétaire Julia Collins, ce n’est pas pour éliminer des emplois, mais bien pour améliorer la qualité du produit et offrir au client une pizza fabriquée avec les meilleurs ingrédients, car c’est bien en ayant moins d’employés qu’elle peut se payer des ingrédients de meilleure qualité[1].

Si dans la plupart des pays industrialisés le salaire minimum est légalement encadré, dans la majorité des états américains ce n’est pas le cas. Depuis quelques années, aux États-Unis, le débat fait rage à propos d’un salaire minimum garanti actuellement laissé à la discrétion des entreprises. À ce titre, Andy Puzder, propriétaire de deux chaînes de restauration rapide, temporairement secrétaire au travail sous l’administration Trump, a particulièrement insisté sur le fait que « le jour où votre emploi sera remplacé par un procédé automatisé, le salaire minimum tombera à zéro et vous n’aurez plus d’emploi[2]. »

En fait, dans le monde de la restauration rapide et de la vente au détail, tout ce qui est susceptible d’augmenter les coûts de production est forcément susceptible d’accélérer l’automatisation de certains processus afin de ne pas réduire d’autant la marge bénéficiaire. Pour Andy Puzder, deux autres facteurs incitent à l’automatisation : « alors que de plus en plus de transactions sont effectuées en ligne, les coûts d’exploitation, pour leur part, ne cessent d’augmenter d’année en année. […] Il faut donc conserver le coût des emplois au plus bas salaire possible afin que les entrepreneurs ne soient pas incités à substituer des travailleurs par des robots[3]. »

Entre-temps, de grandes chaînes de restauration rapide comme McDonald’s, Wendy’s et Panera Bread ont systématiquement revu leur position sur l’emploi à salaire minimum. À venir jusqu’à tout récemment, certaines publicités télévisées, en Amérique du Nord, soulignaient l’importance d’un premier emploi dans l’une de ces grandes chaînes de restauration rapide comme tremplin pour acquérir une certaine expérience de travail.

Depuis 2015, ces chaînes ont introduit, dans leurs commerces respectifs, soit des tablettes électroniques soit des bornes qui permettent au client de commander ce qu’il désire, réduisant d’autant le nombre de caisses enregistreuses. Il suffit de se pointer dans un McDonald’s pour voir comment l’introduction de deux ou trois bornes de commandes a permis de réduire de plus de la moitié le nombre de caisses enregistreuses. Et si une petite pizzeria californienne a réussi l’implantation de robots préparateurs et cuiseurs de pizza, ce n’est qu’une question de temps avant que les géants de la restauration rapide ne se procurent et déploient des robots qui prépareront le célèbre Big Mac.

D’une façon ou d’une autre, comme le souligne Andy Puzder, « les automates sont toujours polis, toujours de bonne humeur, ne prennent pas de vacances, n’arrivent jamais en retard, ne tombent jamais, ni ne se blessent, ni ne font de discrimination en fonction de l’âge, du genre ou de la race[4]. »

© Pierre Fraser, 2018

[1] Kavilanz, P. (2016 [Sept. 29]), Leave it to Silicon Valley to innovate pizza deliveries, CNNMoney.

[2] Gillies, T. (2017 [Avril 23]), Former CKE chief Andy Puzder on automation: If robots take your job, ‘the minimum wage is zero’, CNBC.

[3] Idem.

[4] Castillo, M. (2017 [15 février]), Trump’s pick for Labor Secretary, now withdrawn, once explained why he loved robot workers, CNBC.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.