Le corps transhumaniste

  Transhumanisme, défis et enjeux 

Le corps transhumaniste

Se fondant sur l’idée d’un progrès perpétuel et d’une inévitable transformation de soi par le truchement de technologies intelligentes, l’individu, libre de ses choix, car il utilise la pensée rationnelle et fait preuve d’un optimisme pratique, sera en mesure de contribuer efficacement à l’élaboration d’une société ouverte où les technologies contribueront à son bonheur et à celui de la collectivité.

Il est indéniable que, depuis le début du XXe siècle, les techniques, technologies et méthodes développées pour transformer le corps et les conditions de vie en général ont connu une croissance fulgurante.

La convergence de technologies de pointe comme les nanotechnologies, les biotechnologies, la robotique, l’intelligence artificielle et les sciences cognitives ont placé le corps au centre d’un design et d’une reconfiguration tous azimuts. Toutes ces technologies rendent disponibles de tout nouveaux outils cognitifs pour nous permettre d’appréhender cette nouvelle réalité de la corporéité.

À l’intersection de l’intelligence artificielle qui s’apprête à fédérer sous son magistère l’ensemble de toutes les technologies existantes et en développement — biologie moléculaire ; biotechnologies ; nanotechnologies ; neurotechnologies ; technologies génétiques d’augmentation des capacités physiques et mentales ; technologies de contention des maladies, du vieillissement, des dérèglements de l’humeur, des maladies mentales —, un tout nouveau corps soustrait au long et lent processus de l’évolution naturelle est sur le point de connaître une toute nouvelle forme d’évolution, celle d’une évolution contrôlée par l’homme lui-même et ses technologies.

Tout ceci n’est pas banal, car si le génie génétique promet de reconfigurer le corps pour le libérer de tout ce qui peut le rendre malade ou le faire vieillir, et qu’il promet par ricochet de reconfigurer les générations futures, c’est qu’il met au rancart le processus évolutif naturel.

Conséquemment, c’est bel et bien du posthumain dont on parle ici, ni plus ni moins qu’une nouvelle espèce qui émerge, qui vivra plus longtemps, qui possédera des capacités physiques et intellectuelles grandement augmentées, qui sera en mesure de surseoir au vieillissement et aux maladies chroniques.

En cette ère posthumaine, les humains ne seront plus soumis aux diktats de la nature, bien au contraire, car ils seront ceux qui contrôlent la nature. C’est le type d’humain que proposent les transhumanistes.

© Pierre Fraser (Ph. D.), sociologue, 2019

  Transhumanisme, défis et enjeux  

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.