L’intelligence artificielle est liée à l’autonomie technologique

Intelligence artificielle 

L’intelligence artificielle est liée à la complexité technologique

Le schéma ci-dessous représente non seulement la démarche analytique que je me propose d’entreprendre, mais comporte aussi des sous-hypothèses dérivées de mon hypothèse principale quant à l’autonomie technologique.

Sous-hypothèse 1

D’une part, l’autonomie technologique est la résultante de la complexité technologique, tant sur le plan matériel que logiciel. D’autre part, l’unicité technologique est une propriété cardinale de l’autonomie technologique, en ce sens que si les technologies existent et que si elles sont absolument efficaces en toutes choses, elles doivent impérativement être utilisées dans un sens ou dans l’autre, toutes technologies confondues.

Sous-hypothèse 2

La complexité technologique (l’essai à ce sujet est ici) intervient (i) du moment où toutes les composantes du système technicien deviennent interdépendantes, interopérables, interconnectés et en interaction, et (ii) du moment où l’enchevêtrement technologique devient à ce point inextricable, par auto-accroissement et par accrétion, que toute tentative de repartir de zéro devient une entreprise hautement risquée, du moins impensable.

Sous-hypothèse 3

L’unicité technologique s’applique (i) du moment où les technologies existantes ont atteint un tel niveau d’abstraction qu’elles se démocratisent totalement, (ii) du moment où elles se ramifient dans tous les domaines de l’activité humaine, et (iii) du moment où elles absorbent tout, même la vie sociale et surtout la vie sociale, devenant ainsi sociales et sociables.

Qu’est-ce que l’autonomie technologique ?

L’autonomie technologique renvoie à cette idée que la technologie est indépendante à l’égard de l’économie, de la politique, de la morale et des valeurs spirituelles. Elle est une réalité en soi qui se suffit à elle-même, autonome à l’égard de l’homme qu’elle oblige à s’aligner sur elle, modifie radicalement les objets auxquels elle s’applique sans être pour sa part modifiée par eux.

Dans un essai précédent, j’ai montré, dans un premier temps, comment survient la complexité technologique. Il s’agit d’un enchevêtrement qui se réalise à travers l’accrétion, l’auto-accroissement et l’inextricabilité. J’ai également montré que le fait de lier (liants technologiques) entre elles toutes les technologies, afin qu’elles interagissent globalement (interconnexion, interaction, interopérabilité, interdépendance), crée de la complexité technologique. Dans un deuxième temps, je dois démontrer comment l’intelligence artificielle, cette technologie absolument efficace en toutes choses, est susceptible de faire survenir la singularité technologique en propulsant à un niveau inégalé jusqu’ici toutes les technologies numériques existantes et à venir.

À ce titre, pour Ellul, le premier caractère du système technicien est l’autonomie, dans le sens où la technique ne dépend que d’elle-même, elle trace son propre chemin, elle est un facteur premier. Conséquemment, c’est l’homme qui doit s’adapter à la technique et non l’inverse : « la technique a permis à l’homme de maîtriser la nature, pour devenir elle-même une seconde nature dont l’homme subit désormais les assauts et à laquelle il doit s’adapter[1]. »

  Intelligence artificielle  

Et si la technique est autonome, c’est aussi dire qu’elle est une action, non une réaction : c’est le milieu sur lequel elle agit qui réagit à elle, qui s’adapte ; c’est la condition de son développement. Autrement dit, si la technique permet à l’homme de se dépasser, elle est, dans le même souffle, devenue un processus autonome auquel l’homme est assujetti. Partant de là, je formulerai une première hypothèse de travail qui permettra de poursuivre la présente démarche :

Si Jacques Ellul affirme que « la technique a maintenant pris une autonomie à peu près complète à l’égard de la machine, et [que] celle-ci reste très en arrière par rapport à son enfant[2] », nous pensons que l’arrivée de l’intelligence artificielle, fille de la technique, est en passe de tenir lieu et place de la technique. Par la seule présence des réseaux de neurones artificiels, l’intelligence artificielle devient la technique avec un grand T, parce que cette technologie qu’est l’intelligence artificielle est non seulement en mesure d’apprendre par elle-même et de rechercher par elle-même de façon systématique la méthode absolument la plus efficace en toutes choses, mais elle sera aussi en mesure d’absorber de façon définitive tout ce qu’elle peut absorber, même la vie sociale.

L’autonomie de l’intelligence artificielle

De plus en plus, les réseaux de neurones artificiels non supervisés accomplissent une multitude de tâches cognitives hautement sophistiquées exigeant des savoirs complexes. Le système Deepmind de Google est non seulement désormais en mesure d’imiter le langage humain[3], mais ses algorithmes de traduction surpassent de plus de 60 % son ancien système fondé sur des règles grammaticales[4]. En août 2016, le système Watson d’IBM a été en mesure de diagnostiquer chez un patient un cas très rare de leucémie[5].

Mais au-delà de tout ce qui semble être des prouesses technologiques, il faut contourner ces dernières afin de saisir le phénomène dans son ensemble. En faire une énumération serait, dans le cadre de cet essai tout à fait inapproprié, pour la simple raison que celles-ci changent tellement rapidement que, entre le moment où ces lignes auront été écrites, et le moment où vous les aurez lues, quelques-unes d’entre elles pourraient bien déjà en être au stade de l’obsolescence. Il faut donc se concentrer sur ce que sont ces technologies dérivées de l’intelligence artificielle et ce qu’elles représentent comme impacts potentiels sur la société en général pour bien saisir le phénomène.

 

Malgré tous les euphémismes que les technoévangélistes seront susceptibles d’inventer au cours des années à venir à propos de l’intelligence artificielle (se souvenir de l’expression « économie du partage » qui n’a jamais rien eu à voir, strictu sensu, avec la notion même de partage[6]), il faut toujours avoir présent à l’esprit que les nouvelles expressions sont là pour inciter les gens à adhérer au discours des technologies dites libératrices, sans pour autant exprimer clairement qu’il s’agit avant tout d’une quête de pouvoir et d’accumulation de richesses. D’ailleurs, dès qu’une nouvelle technologie semble prometteuse,

« […] on recherche comment l’appliquer ; des capitaux ou des interventions de l’État se manifestent : on entre dans le domaine public, bien souvent avant d’avoir mesuré toutes les conséquences, avant d’avoir reconnu le poids de l’aventure. […] Mais comment résister à la pression des faits ? Comment résister à l’argent, au succès, et bien plus, à la publicité, à l’engouement du public ? et bien plus encore : à l’état d’esprit général qui veut que l’application technique soit le dernier mot ? Et comment résister au désir de poursuivre ses recherches ?[7] »

  Intelligence artificielle  

En fait, il n’y a qu’à voir comment les années 2015 à 2018 ont particulièrement été porteuses en investissements de toutes sortes en matière d’intelligence artificielle. Les capital-risqueurs se sont rués aux portes des start-ups[8] et les gouvernements de différents pays ont consenti des incitatifs fiscaux importants en considérant le fait qu’il s’agissait-là d’une opportunité économique et financière majeure[9][10].

Le groupe-conseil américain Forrester a prévu que les investissements dans le domaine de l’intelligence artificielle ont augmenté de 300 % par rapport aux années 2015 et 2016[11]. En ce qui concerne la voiture autonome, certains États américains, comme la Californie[12] et le Nevada[13], ont non seulement déjà cautionné des tests routiers, mais ont aussi mis d’avant des programmes d’obtention de permis de conduire d’un tout nouveau genre[14]. Facebook a déployé, sans jamais vraiment prévenir qui que ce soit, que son système de reconnaissance faciale[15] serait déployé à grande échelle, non sans avoir préalablement mesuré toutes les conséquences d’une telle aventure.

Au total, est-il vraiment possible de résister à l’émoi d’une certaine portion du grand public dès l’introduction d’une nouvelle technologie, un émoi qui finit par devenir parfois presque contagieux ? Comment résister à l’argent, au succès, et bien plus, à la publicité, alors que toutes ces innovations sont essentiellement présentées comme des technologies qui nous faciliteront collectivement la vie ?

En fait, les technologies numériques, et ça, Max Weber ne l’avait pas prévu, ont réenchanté le monde en promettant un nouvel Avenir radieux. Comme quoi, le réenchantement est toujours là, à l’affût, prêt à fondre sur tout ce qui désenchante.

Les technologies numériques sont particulièrement porteuses de réenchantement, sans compter qu’elles possèdent cette étonnante capacité à être totalement autonomes parce que leurs « résultats se comptent, se mesurent, se voient et sont indiscutables[16] », ce qui fait en sorte qu’elles s’imposent fatalement, d’où une  partie de leur autonomie première.

© Pierre Fraser (Ph. D.), sociologue, 2019

  Intelligence artificielle 

[1] Encyclopédie de l’Agora (2012), Technique, URL : http://bit.ly/2dTcBlE.

[2] Ellul, J. ([1958] 1990), op. cit., p. 2.

[3] Moon Mariella (2016 [10/4]), Google DeepMind’s AI can mimic realistic human speech, Bloomberg, Engadget, URL : http://engt.co/2cOxPD0.

[4] Ramirez, V. B. (2016 [10/10]), A Computer Can Now Translate Languages as Well as a Human, Singularity Hub, URL : http://bit.ly/2dHaMcP.

[5] Otake, T. (2016 [09/11]), IBM big data used for rapid diagnosis of rare leukemia case in Japan, The Japan Times, URL : http://bit.ly/2ecKfGc.

[6] La façon dont nous formulons cette phrase entre parenthèses est plus un postulat qu’autrement, mais nous sommes à même de supposer qu’il n’y a là aucun réel partage.

[7] Ellul, J. ([1958] 1990), op. cit., p. 8.

[8] CB Insights (2016 [July 17]), Funding to Artificial Intelligence Startups Reaches New Quarterly High : Lerer Hippeau Ventures, Khosla Ventures, and Bain Capital Ventures were the most active VC investors in Q2’16, URL : https://www.cbinsights.com/blog/artificial-intelligence-funding-trends-q216/.

[9] Brundage, M., Bryson, J. (2016), Smart Policies for Artificial Intelligence, A National Science Foundation Funding, URL : https://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1608/1608.08196.pdf.

[10] Suk-yee, J. (2016 [April 24]), The South Korean government is planning to provide unprecedented tax incentives for new potential fields such as intelligent robot, artificial intelligence, smart car and so on, Business Korea, URL : http://www.businesskorea.co.kr/english/news/money/14484-promotion-potential-sectors-korean-government-provide-unprecedented-tax-incentives.

[11] McCormick, J., Doty, C. A., Sridharan, S. et al. (2016 [2 novembre]), Predictions 2017: Artificial Intelligence Will Drive The Insights Revolution, URL: http://bit.ly/2fAx1Eb.

[12] Department of Motor Vehicles, State of California (2013), Testing of Autonomous Vehicles, URL: https://www.dmv.ca.gov/portal/dmv/detail/vr/autonomous/testing.

[13] Department of Motor Vehicles, State of Nevada (2016 [Augsut 8]), Autonomous Vehicle Testing License, URL : http://www.dmvnv.com/pdfforms/obl326.pdf.

[14] Kovach, S. (2016 [July 6]), Self-driving cars need to pass a driving test before they’re allowed on the road, Business Insider, Tech Insider section, URL: http://www.businessinsider.com/should-self-driving-cars-have-to-pass-a-driving-test-2016-7.

[15] Lachance, N. (2016 [May 18]), Facebook’s Facial Recognition Software Is Different From The FBI’s. Here’s Why, NPR, URL : http://www.npr.org/sections/alltechconsidered/2016/05/18/477819617/facebooks-facial-recognition-software-is-different-from-the-fbis-heres-why.

[16] Ellul, J. ([1958] 1990), op. cit., p. 74.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.