Le corps malléable, un objectif à atteindre

  Le corps idéal 

Le corps malléable, un objectif à atteindre

Dans la foulée d’une science positive et triomphante qui se met en place, une grande partie du XVIIe siècle est traversée par cette prétention de vouloir diriger la nature, de s’en rendre maître. Cette prétention se traduira jusque dans le corps, où corsets et appareils correcteurs de tous genres prétendront le reformer et le refaçonner pour le conformer à une certaine vision propre à ce siècle, celle de la rectitude, norme esthétique et socialement distinctive.

Le corps de l’enfant, considéré fragile et malléable, est à l’image d’une « pâte tendre qu’il faut pétrir par des gestes précis en la façonnant à l’aide de moules correcteurs[1]. » Il y a donc cette idée d’un corps passif sur lequel il faut agir par des moyens externes au corps. Le muscle n’est pas encore pressenti comme cet outil de travail précis et ciblé qui brûle les calories, qui redessine le corps. Il y a, en somme, cette volonté de vouloir agir par l’extérieur sur l’intérieur du corps. Ce moulage du corps est donc obtenu « par l’adjonction des forces passives du maillot et du corps à baleines, les tuteurs de la tige de la tendre enfance qu’il faut redresser. […] Pour ces raisons, l’utilisation du corset rigide se généralise au XVIIe siècle dans les familles dominantes et, à la fin du siècle, le corps à baleines devient un élément commun du costume destiné aux plus jeunes enfants[2]. »

John Locke s’opposera à toutes ces pratiques vestimentaires : « Laissons à la nature le soin de former le corps comme elle croit mieux le faire. Elle travaille spontanément beaucoup mieux, avec beaucoup plus d’art, que nous pourrions faire nous-mêmes si nous prétendions la diriger. […] Les moyens employés pour donner aux enfants une taille fine et svelte ont précisément pour résultat de la leur gâter. […] Ils devraient craindre de détourner la nature de ses voies, en essayant de façonner eux-mêmes les membres et les organes, alors qu’ils ne savent seulement pas comment est faite la plus petite, la plus simple partie du corps. Et cependant j’ai vu en si grand nombre des exemples d’enfants auxquels on avait fait beaucoup de mal pour les avoir trop serrés dans leurs vêtements […][3] »

Deux visions d’action sur le corps s’affrontent à la fin du XVIIe siècle : passive et active. Passive, dans le sens où il faut agir sur le corps par des moyens correcteurs pour socialement le façonner. Active, dans le sens où il y a cette forte intuition que l’usage des corsets et des vêtements qui compriment le corps conduisent à « une poitrine étroite, une respiration trop courte, une mauvaise haleine, des poumons malades, un corps voûté. » La vision active l’emportera au cours du Siècle des Lumières et sera scientifiquement confirmée par Lavoisier au XIXe siècle par l’idée de combustion interne. Ce changement de vision, de passive à active, contribuera à ce repositionnement de perspective envers le corps. Il est dorénavant possible d’agir de l’intérieur de celui-ci pour le transformer et non plus seulement de l’extérieur. Le corps idéal imaginé au XVIe siècle commence à se dessiner et préfigure de la corporéité contemporaine. Le très gros et le gros seront confrontés à cette nouvelle perspective : ils devront désormais activement agir sur eux-mêmes et non plus être passifs.

© Pierre Fraser (Ph. D.), sociologue, 2019

Le corps idéal

[1] Allard, J. (2007), « Perceptions nouvelles du corps et raisons médicales de la mode dans le seconde moitié du XVIIIe siècle », Représentations du corps sous l’Ancien Régime: discours et pratiques, Textes rassemblés et édités par Isabelle Billaud et Marie-Catherine Laperrière, n° 2, p. 16.

[2] Idem.

[3] Locke, J. ([1693] 1882), Quelques pensées sur l’éducation, trad. de Gabriel Compayré, Paris : Hachette, p. 16.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.