Précarité au féminin, insidieuse et stigmatisante

Publié le Mis à jour le

Si la précarité touche de plus en plus les travailleurs, elle a un effet particulièrement insidieux et pervers sur les femmes. Des femmes du « Collectif Rose du Nord » nous parle sans ambages non seulement de la condition financière de certaines femmes, mais aussi de la stigmatisation sociale et de l’exclusion dont elles sont victimes. Dans notre société où l’individu est avant tout évalué en fonction de ce qu’il possède ou non, le jugement social est vite porté sur ces femmes qui se retrouvent soit en situation monoparentale, soi en situation de non emploi, donc possédant moins par définition. La précarité, chez les femmes, n’est pas sur le point de diminuer et elle aura tendance à augmenter au cours des années qui viennent, car plusieurs d’entre elles se retrouveront dans des emplois au salaire minimum, même si elles sont détentrices d’un diplôme universitaire de premier cycle.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.