La photo elicitation en pratique

►   Sociologie visuelle, une introduction


Je vous propose deux photos à travers un dispositif d’enquête en trois phases : (i) production de sens ; (ii) modalités de généralisation ; (iii) mise en récit. L’exercice est le suivant : partir du particulier pour aller au général :

  • ces deux photos doivent conduire à une production de sens, c’est-à-dire que vous devez en parler en décrivant ce qu’elles semblent contenir. Vous devez tout d’abord décrire chacune des photos, ensuite, vous devez dire ce qu’elles vous suggèrent ;
  • ces deux photos doivent conduire à des modalités de généralisation, c’est-à-dire qu’elles doivent susciter chez vous un jugement global sur la situation sociale des deux hommes assis sur leurs déambulateurs ;
  • ces deux photos doivent conduire à une mise en récit, c’est-à-dire qu’elles engagent la fabrication d’un récit qui intègre les deux étapes précédentes.

Autrement dit, vous devez avoir l’impression que ces deux photos ont été choisies pour raconter quelque chose de cohérent, cohérence que vous devez à votre tour vous efforcer de restituer, d’une part, et le contact avec l’image doit vous inciter à produire un récit privé à propos de tout ou partie des photos, d’autre part. Ces deux modalités de mise en récit, n’épuisent pas pour autant toutes les possibilités, mais elles désignent assez bien un continuum narratif compris entre deux pôles.

En d’autres termes, bien souvent, derrière un propos généralisant (constatif, esthétique, morale), se profile une expérience vécue, une relation à un proche, sur un mode finalement inductif. Par exemple, il se pourrait bien que certains d’entre vous, en faisant une mise en récit des deux photos, renverront à l’un de leurs grands-parents ou à un proche qui utilise un déambulateur.

Sur la photo ci-dessous, un homme est assis sur son déambulateur à l’intersection de deux rues, Du Pont et St-Joseph, tout près de la Maison Gilles Kègle, qui offre des services aux gens démunis, dans le quartier St-Roch de la ville de Québec, un quartier central défavorisé en pleine revitalisation.

Que peut-on décrire à partir de cette photo ? Tout d’abord, il faut parvenir à identifier les principaux repères visuels. Quels sont ces repères visuels ? Un cadre urbain, spécifiquement celui d’un centre-ville. Une période de l’année plus ou moins froide. Des gens assis sur des déambulateurs. Les vêtements élimés de l’homme en avant-plan qui fume.

Sur la photo ci-dessous, un homme est assis sur son déambulateur dans un sentier pédestre situé dans un boisé urbain, soit celui du Parc Chauveau de la ville de Québec, dans le secteur Lebourgneuf, lui-même encadré par un quartier huppé, Le Mesnil, et un quartier de niveau classe moyenne médiane, Neufchâtel.

Quels sont les repères visuels de cette photo ? Un cadre champêtre dans un boisé urbain. Une période de l’année où la température est confortable. Une personne âgée assise sur un déambulateur. Un homme âgé vêtu de vêtements propres et de qualité qui ne fume pas.

© Pierre Fraser (Ph.D.), sociologue, 2020 / texte et photos

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.