Coronavirus, Justin Trudeau vit-il sur la même planète que vous et moi ?

Après avoir consacré une première recension, entre 2015 et 2018, sur les Épidémies et maladies infectieuses à travers les siècles, et après avoir compilé ce que le passé nous a appris en matière de contagion, un simple calcul nous permet de mettre en lumière les statistiques suivantes :

Les cas en dehors de la Chine se sont multipliés, en moyenne, par plus de 10 fois chaque 2 semaines :

  • 23 janvier : 14
  • 6 février : 265 (19x)
  • 20 février : 1,200 (4,5x)
  • 5 mars : 17,339 (14,5x)

Si ce rythme se maintient pour 6 autres semaines:

    • 21 mars : 100,000-200,000 cas hors de la Chine
    • 3 avril : plus de 1 million
    • 1e mai : plus de 100 millions de gens infectés ?

Peut-être n’en arriverons nous pas à plus de 1 million ou plus de gens infectés, mais du moment ou Justin Trudeau nous dit que le risque de contagion est faible au Canada et qu’il n’a pas l’intention de fermer ses frontières, je ne vis peut-être pas sur la même planète que lui…

Même lors des grandes pandémies du Moyen-Âge, de la Renaissance, des XVIIe et XVIIIe siècles et du XIXe siècle, on isolait tout ce qui était possible d’être isolé, surtout les frontières, sans pour autant disposer de toute la connaissance scientifique dont nous disposons aujourd’hui. Une simple observation empirique dictait ce qui devait être fait. Et nous sommes dans la même situation que les siècles précédents tant que nous ne disposerons pas d’un vaccin pour contrer le virus, sans compter que, à la différence des siècles précédents, nous sommes dans une économie mondialisée et interconnectée, donc plus susceptible d’être à la merci de la moindre contagion.

En date du 11 mars 2020, l’Italie répertoriait 2,313 nouveaux cas de coronavirus et 196 décès, donc un total de 12,462 cas et 827 décès depuis le début de la crise. L’Italie a donc décidé de confiner tout le pays. Le même journée, le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est adressé aux journalistes : « Au cours des deux dernières semaines, le nombre de cas de COVID-19 en dehors de la Chine a été multiplié par 13 et le nombre de pays touchés a triplé. Il y a maintenant plus de 118 000 cas dans 114 pays, et 4 291 personnes ont perdu la vie. Dans les jours et les semaines à venir, nous nous attendons à voir le nombre de cas, le nombre de décès et le nombre de pays touchés augmenter encore plus. L’OMS a évalué cette épidémie 24 heures sur 24 et nous sommes profondément préoccupés tant par les niveaux alarmants de propagation et de gravité que par les niveaux alarmants d’inaction. Nous avons donc fait l’évaluation que COVID-19 peut être qualifié de pandémie. Nous ne pouvons pas le dire assez fort, ni assez clairement, ni assez souvent : tous les pays peuvent encore changer le cours de cette pandémie. »

Et ce que cette recherche à propos de la contagion à travers les siècles m’a appris, c’est bien que les demi-mesures ne fonctionnent jamais. Elles doivent passer par une mise en alarme systématique des espaces, des comportements et des corps, une mise aux normes des espaces, des comportements et des corps, et par une mise drastique à distance des dangers. L’appel de l’OMS n’est ni banal, ni trivial. À ce titre, Justin Trudeau devrait rapidement revenir à la réalité.

© Pierre Fraser (Ph.D.), sociologue, 2020 / texte
© Global News, photo entête

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.