Dix façons de lutter contre la culture woke

Source : 10 ways to fight back against woke culture | © Auteur : Bari Weiss

Je propose ici au lecteur une traduction de l’article 10 ways to fight back against woke culture de Bari Weiss. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il importe, dès maintenant, de développer des outils intellectuels pour retarder d’autant le déclin de l’Occident, et peut-être même d’empêcher de voir saborder l’idée d’universalisme issue du Siècle des Lumières. Ma traduction est très imparfaite, mais l’essentiel est là.

Je me rends compte que la chose la plus à la mode ces jours-ci est de dire que nous vivons dans le pire, le plus scindé et le plus arriéré des pays du monde et peut-être même de l’histoire des civilisations. C’est un non-sens total. […] L’Amérique est imparfaite. (A-t-on besoin de le répéter ?) Il y a de la bigoterie envers les noirs, les gays, les juifs et les immigrants ; il y a une polarisation intense ; la violence politique devient de plus en plus fréquente ; les représentants élus croient aux théories du complot. Tout cela est vrai, aussi bien ici comme dans de nombreux autres pays déchirés par les bouleversements du XXIe siècle.

À ce que je sache, il n’y a aucun goulag en Amérique. Il n’y a pas de lois autorisant les crimes d’honneur. Il n’y a pas de système de crédit social officiel du type de celui qui existe actuellement en Chine. À tout point de vue, nous avons réalisé des progrès incroyables et jouissons de libertés extraordinaires. Et pourtant, les gens n’agissent pas de cette manière. Ils se comportent, de plus en plus, comme les sujets d’un pays totalitaire.

Et ces personnes m’écrivent quotidiennement. Ils admettent se censurer régulièrement au travail et avec leurs amis, succomber à la pression sociale pour tweeter le bon hashtag, répéter comme un perroquet des slogans auxquels ils ne croient pas pour protéger leurs moyens de subsistance, comme le marchand de légumes dans le célèbre essai de Václav Havel « Le pouvoir des impuissants ».

Ces gens ne sont pas fous. Ils ont peur, et ce, pour de bonnes raisons.

Par exemple, combien cela m’en coûte-t-il de me connecter à Twitter et de vous accuser, tout de suite, d’un « -isme » ? L’Amérique est en train de développer rapidement son propre système informel de crédit social, comme l’a noté l’écrivain Rod Dreher, dans lequel les personnes ayant un « mauvis comportement » en ligne sont bannies des médias sociaux et des réseaux financiers en ligne.

Lorsque tout est enregistré pour l’éternité, lorsque les erreurs et la prise de risques sont transformées en délits capitaux, lorsque des choses qui relevaient du bon sens il y a encore deux secondes deviennent indicibles, les gens prennent la décision, tout à fait compréhensible, de se taire tout simplement.

Peut-on vraiment penser qu’une école publique portant le nom d’Abraham Lincoln, qui affiche son portrait, ou qui lui a érigé une statue, relève de la suprématie blanche ? Ce n’est pas le cas ; c’est un héros. Que séparer les gens en groupes d’affinité raciale est progressiste ? Non, c’est une forme de ségrégation. Que toute disparité de résultats est forcément la preuve d’une oppression systémique ? C’est faux. Que l’Amérique est fondamentalement mauvaise ? Elle est peut-être le dernier espoir sur Terre.

Cette liste pourrait s’étendre sur un millier de pages. Ces idées sont peut-être devenues la sagesse conventionnelle et convenue auprès de certaines élites, mais ce sont des mensonges. Pourtant, trop de gens raisonnables sacrifient le bien commun, et donc leur sécurité à long terme, au nom d’un confort à court terme.

10 façons de lutter contre la culture woke
1. Vous êtes libre

Il est vrai que nous vivons une époque sens dessus dessous où le simple fait d’appuyer sur le bouton « J’aime » peut entraîner des conséquences incalculables. Mais céder à ceux qui cherchent à vous enfermer dans une quelconque idéologie ne fait que vous affaiblir à long terme. La perte d’estime de soi est la chose la plus importante qui puisse vous être enlevée. Ne l’abandonnez pour rien au monde.

2. Soyez honnête avec vous-même

Ne dites rien sur vous-même, ou sur les autres, ou sur une situation quelconque que vous sauriez être faux ; ne vous autocensurez pas. Refusez absolument, et en toutes circonstances, de laisser votre esprit être colonisé par la culture woke. À la première folie à laquelle quelqu’un vous demandera de croire, peut-être même de professer ladite folie, refusez net. Si vous le pouvez, faites-le à haute voix. Il y a de fortes chances que cela incite d’autres personnes à s’exprimer également.

3. Restez fidèle à vos principes

Vous êtes une personne raisonnable et vous savez pertinemment que la justice populaire n’est jamais juste. Alors ne rejoignez jamais une foule. Jamais. Même si vous êtes d’accord avec la foule. Étant donné que vous êtes une personne raisonnable, vous savez que trahir ses amis est mal avisé. Alors, si un ami ou un collègue fait quelque chose que vous désapprouvez, écrivez-lui un mot en privé. Ne soyez pas une balance. Si la meute des offusqués se met à leur poursuite, elle se mettra forcément à votre poursuite.

4. Soyez un exemple pour vos enfants et votre communauté

Cela signifie être courageux. Je comprends que c’est difficile. Vraiment difficile. Mais à d’autres époques et dans d’autres lieux, y compris dans notre propre nation, des gens ont fait des sacrifices bien plus importants. Pensez à ces « morts tombés au combat que l’on honore » qui ont « donné la pleine mesure de leur dévouement » pour leur pays. Si suffisamment de gens font le saut, nous atteindrons quelque chose comme un genre d’immunité collective face aux délires de la culture woke. Faites le saut.

5. Si vous n’aimez pas ça, laissez tomber

Un cours à l’université, un travail, n’importe quoi. Laissez tomber et faites ce que vous avez à faire. Je comprends tout à fait l’idée de vouloir changer les choses de l’intérieur. Et par tous les moyens. Essayez autant que vous le pouvez. Toutefois, si le voisin de cubicule de votre collègue est en train de le convaincre d’adhérer à ses idées, dites-vous que le prochain sur la liste c’est forcément vous.

6. Soyez plus confiant

Si vous pouvez apprendre à utiliser une perceuse électrique, faites-le. Si vous avez toujours voulu avoir un spa solaire extérieur, fabriquez-le. Apprenez à pocher un œuf ou à tirer au pistolet. Le plus important, mettez-vous dans la tête l’idée que les médias sociaux ne sont pas neutres. Dans la mesure où vous pouvez construire votre vie pour être autonome sans dépendre du Web à 100 %, c’est forcément une bonne chose. Cela vous fera sentir compétent et en contrôle de vous-même. Ce que vous êtes par ailleurs.

7. Fiez-vous à votre jugement

En d’autres termes, ne perdez pas de vue ce qui est essentiel. Le prestige professionnel n’est pas essentiel. Être populaire n’est pas essentiel. Faire entrer votre enfant dans une école maternelle d’élite n’est pas essentiel. Faire ce qui est juste est essentiel. Dire la vérité est essentiel. Protéger vos enfants est essentiel.

8. Faites-vous des amis qui partagent les mêmes idées

Puis défendez-les. Deux bons tests. Vos amis sont prêts à dire la vérité même si cela blesse leur propre camp ? Vos amis pensent que l’humour ne doit jamais être sacrifié, quelles que soient les circonstances ? Ces personnes sont de plus en plus rares. Lorsque vous les trouvez, faites en sorte qu’ils deviennent de véritables amis.

9. Faites confiance à vos yeux et à vos oreilles

Fiez-vous aux informations de première main fournies par des personnes en qui vous avez confiance plutôt qu’à la propagande des médias. Lorsque vous entendez quelqu’un faire des généralisations sur un groupe de personnes, imaginez qu’il parle de vous et réagissez en conséquence. Si les gens insistent pour répéter les titres et les points de discussion, obligez-les à le prouver, dans leurs propres mots.

10. Utilisez vos compétences pour créer des choses originales, intéressantes et pertinentes

Tous les jours, j’entends parler de ceux qui ont les moyens d’envoyer leurs enfants dans des institutions d’enseignement privés où ils subissent un lavage de cerveau en adhérant à l’idéologie woke ; des gens qui dirigent des entreprises qui ont peur de leurs propres employés ; des gens qui font des dons à leur université même si elle trahit leurs principes. C’est assez. Vous avez la capacité de construire de nouvelles choses. Si vous n’avez pas le capital financier pour le faire, vous disposez forcément d’un certain capital social ou politique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s