Le défi du patrimoine religieux (web série)

SUSPENSION DES TOURNAGES

Dans le contexte actuel de pandémie au coronavirus, depuis le mercredi 11 mars, tous nos tournage dans le cadre de la web-série « Le défi du patrimoine religieux » ont été suspendus. Du moment que les conditions le permettront, et personne ne sait encore quel pourra être ce moment, nous reprendrons les tournages.

Pierre Fraser, dir. de production.


Le patrimoine religieux bâti du Québec est à la croisée des chemins. Depuis la Révolution tranquille du début des années 1960, celui-ci, au fil du temps, s’est détérioré au rythme de l’effritement de la pratique de la foi catholique. Le Québec se retrouve donc avec un patrimoine bâti important. Ce vaste parc immobilier, qui n’a plus tout à fait vocation au culte religieux, se retrouve confronté à des choix qui ne sont pas si simples. Cette web série veut donc poursuivre la démarche entreprise dans le documentaire « Au-delà du sacré, le défi du patrimoine religieux » afin de bien mettre en lumière les défis qui sont posés.

Campagne de sociofinancement

Paiement via PayPal (Canada)
10 $ | 20 $ | 50 $ | 75 $ | 100 $ | 150 $ | 200 $ | 300 $ | 400 $ | 500 $ | Chèque

Production et réalisation
Production : Pierre Fraser
Réalisation : Pierre Fraser (Ph. D.), sociologue

Nos généreux donateurs
Bernard Serge Gagné (50 $), Catherine Dorion, députée de Taschereau (500 $), Daniel Laprès (60 $), Jean-Louis Proulx (20 $), Luc Lelièvre (50 $), Marie Leclerc (50 $), Robert Hardy inc (200 $), Thérèse Bélanger (50 $), René Girard (20 $).


Capsules disponibles
10 autres capsules à venir d’ici juin 2020

La stratégie de l’abandon (01)
L’historien et bibliothécaire Gilles Gallichan explique comment le patrimoine religieux fait parfois face à une stratégie qui consiste à le laisser se détériorer graduellement jusqu’à ce qu’il devienne un « enjeu de sécurité publique ». De là, le bâtiment religieux devenant irrécupérable, tombe sous le pic des démolisseurs. Toutefois, est-il nécessaire que tous les bâtiments religieux soient préservés ?


Le rôle social du diocèse dans l’histoire du Québec (02)
Le sociologue Fernand Harvey explique comment la structure que représente un diocèse a non seulement façonné l’identité de tout un peuple jusqu’au début des années 1960, mais comment il a aussi grandement contribué à façonner le vaste territoire géographique du Québec. Et presque du jour au lendemain, en l’espace d’à peine une décennie, de 1960 à 1970, c’est tout une société qui s’est retrouvée profondément transformée.


Histoire d’une réussite, le comté de Bellechasse (03)
Le comté de Bellechasse s’est doté d’une vision commune qui lui permet d’envisager concrètement l’avenir de son patrimoine religieux bâti. Cette vision est non seulement l’histoire d’une réussite, mais aussi l’histoire d’une vision qui a pris racine, qui a impliqué la communauté, et qui a trouvé son aboutissement dans un concept porteur.


Qui doit s’occuper du patrimoine religieux ? (04)
Dans cette quatrième capsule de la Web-Série « Le défi du patrimoine religieux », le curé Pierre Gingras, curé de la paroisse St-Jean-Baptiste de Québec, l’historien de l’architecture, Luc Noppen, et le responsable de la Direction des Fabriques du Diocèse de Québec, Rémy Gagnon, abordent différents aspects sur la question de la responsabilité envers le patrimoine religieux.


Les bâtisseurs d’églises (05)
Animés d’une foi religieuse, il fut un temps où, au Québec, nos ancêtres bâtissaient des églises. L’historien de l’architecture, Marc Grignon, dévoile les plans originaux de l’église St-Jean-Baptiste de Québec, alors que Carole Jacques-Savaria explique comment toute une communauté s’impliquait autrefois dans la construction d’une église.


Lucidité face au patrimoine religieux, le cas de Trois-Rivières (06)
Le comité sur l’avenir des églises du diocèse de Trois-Rivières a opté pour une double approche : lucidité et collaboration face à son patrimoine religieux bâti. Lucidité, dans le sens où il faut se rendre à une évidence celle de la situation financière des fabriques d’ici dix ans. Collaboration, dans le sens où tous les acteurs doivent être impliqués afin de préserver ce qui est préservable.


Transcendance architecturale des églises (07)
Une église c’est aussi une transcendance architecturale, un bâtiment qui proposent un ailleurs. Il fut un temps où l’église signifiait un investissement collectif dans l’ailleurs, un ailleurs sacré. L’église, même dans un espace laïc, est aussi un espace déconnecté de la vie quotidienne. Le bâtiment impose une certaine attitude, celle de la méditation et d’une réflexion, bien nécessaires en ces temps bouleversés.


L’Église triomphante et son déclin (08)
L’un des phénomènes qui a particulièrement marqué le Québec au début des années 1960, est bien celui de la désertion de la pratique de la foi catholique. On peut s’en désespérer ou s’en réjouir, mais il faut aussi prendre en considération que de puissantes pressions d’ordre social ont induit ce déclin en l’espace d’à peine une décennie.